Cap de Súnion (Àtica)

Cap de Súnion (Àtica)
Súnion! T'evocaré de lluny amb un crit d'alegria, / tu i el teu sol lleial, rei de la mar i del vent

divendres, 15 de juliol de 2011

Vian - Le déserteur













Boris Vian (1920-1959)
Le déserteur (1954)

Monsieur le Président,
je vous fais une lettre
que vous lirez peut-être
si vous avez le temps.
Je viens de recevoir
mes papiers militaires
pour partir a la guerre
avant mercredi soir.
Monsieur le Président,
je ne veux pas la faire
je ne suis pas sur terre
pour tuer des pauvres gens.
C'est pas pour vous fâcher,
il faut que je vous dise :
ma décision est prise,
je m'en vais déserter.
Depuis que je suis né
j'ai vu mourir mon père
j'ai vu partir mes frères
et pleurer mes enfants.
Ma mère a tant souffert
qu'elle est dedans sa tombe
et se moque des bombes
et se moque des vers.
Quand j'étais prisonnier
on m'a volé ma femme
on m'a volé mon âme
et tout mon cher passé.
Demain de bon matin
je fermerai ma porte ;
au nez des années mortes,
j'irai sur les chemins.
Je mendierai ma vie
sur les routes de France
de Bretagne en Provence
et je dirai aux gens:
Refusez d'obéir!
Refusez de la faire!
N'allez pas a la guerre!
Refusez de partir!
S'il faut donner son sang,
allez donner le vôtre ;
vous êtes bon apôtre,
monsieur le Président.
Si vous me poursuivez
prévenez vos gendarmes
que je n'aurai pas d'armes
et qu'ils pourront tirer.


El desertor

Senyor governador,
jo vos escric tres ratlles,
i no és demanar gaire
si us prego les llegiu.
Jo tinc entre els meus dits
les ordres que m'obliguen
a anar prest a la guerra
dimecres a la nit.
Senyor governador,
us dic que em nego a fer-la,
no en tinc raons ni em tempta
matar cap enemic.
Que quedi clar, senyor,
que això no és cap ofensa;
la decisió ja és presa:
jo vull ser desertor.
Després d'haver nascut
he vist morir el meu pare
germans marxar de casa
i els plors dels meus petits.
Ma mare patí tant
que avui ja és a la tomba
i se'n riu de les bombes
i els cucs del seu voltant.
Quan jo era presoner
varen prendre'm la dona
varen prendre'm les hores
i el meu passat feliç.
Demà de bon matí
me n'aniré de casa
i esclafaré la porta
als nassos de l’ahir.
Viuré de les almoines
que em donin mans senzilles.
D'Alcoi a la Cerdanya
diré a la bona gent:
Negueu-vos a obeir
digueu no a les ordres,
no aneu pas a la guerra,
negueu-vos a partir.
Si s'ha de perdre sang,
perdeu, senyor, la vostra,
feu bé el paper d'apòstol,
senyor governador.
I si em feu perseguir
digueu als qui em segueixin
que no duré cap arma:
podran tirar tranquils.

[Adaptació de Joan Isaac]

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada

El vostre comentari és pendent de moderació. Cal signar-lo amb nom i cognoms. Gràcies.