Cap de Súnion (Àtica)

Cap de Súnion (Àtica)
Súnion! T'evocaré de lluny amb un crit d'alegria, / tu i el teu sol lleial, rei de la mar i del vent

divendres, 30 de setembre de 2011

Barbara - À mourir pour mourir


Barbara (Monique Andrée Serf, 1930-1997)
À mourir pour mourir

À mourir pour mourir
je choisis l'âge tendre,
et partir pour partir
je ne veux pas attendre,
je ne veux pas attendre.

J'aime mieux m'en aller
du temps que je suis belle,
qu'on ne me voit jamais
fanée sous ma dentelle,
fanée sous ma dentelle.

Et ne venez pas me dire
qu'il est trop tôt pour mourir ;
avec vos aubes plus claires
vous pouvez vous faire lanlaire.

J'ai vu l'or et la pluie
sur des forêts d'automne,
les jardins alanguis,
la vague qui se cogne,
la vague qui se cogne.

Et je sais, sur mon cou,
la main nue qui se pose,
et j'ai su, à genoux,
la beauté d'une rose,
la beauté d'une rose.

Et tant mieux s'il y en a
qui, les yeux pleins de lumière,
ont préféré les combats
pour aller se faire lanlaire.

Au jardin du bon Dieu
ça n'a plus d'importance :
qu'on s'y couche amoureux
ou tombé pour la France,
ou tombé pour la France.

Il est d'autres combats
que le feu des mitrailles :
on ne se blesse pas
qu'à vos champs de bataille,
qu'à vos champs de bataille.

Et ne comptez pas sur moi
s'il faut soulager mes frères ;
et, pour mes frères, ça ira,
j'ai fait ce que j'ai su faire.

Si c'est peu, si c'est rien,
qu'ils décident eux-mêmes :
je n'espère plus rien
mais je m'en vais sereine,
mais je m'en vais sereine.

Sur un long voilier noir,
la mort pour équipage,
demain, c'est l'au revoir :
je quitte vos rivages,
je quitte vos rivages.

Car mourir pour mourir
je ne veux pas attendre,
et partir pour partir
j’ai choisi l’âge tendre.

http://www.youtube.com/watch?v=rCoqhOhY3qc  Pantin, 1981





Morir per morir

Doncs morir per morir,
que sigui jove encara,
i marxar per marxar,
per què no fer-ho ara?
Per què no fer-ho ara?

Més m’estimo fugir
avui que sóc bonica
que no em vegi envellir
tothom de mica en mica,
tothom de mica en mica.

I no em comenceu a dir
que és molt d’hora per morir,
que és millor amb el cabell blanc
i gens de força a la sang.

He vist massa foscor
quan cada hivern s’acosta,
i els dies de tardor
morint sobre la costa,
morint sobre la costa.

M’imagino la mà
que em tanqui les parpelles,
com he vist esfullar
les roses, les més belles...
les roses, les més belles.

És millor fer el comiat
quan la veu encara crida;
triaré sempre el combat
si és que cal perdre la vida.

Doncs morir per morir,
que sigui jove encara,
i marxar per marxar,
per què no fer-ho ara?
Per què no fer-ho ara?

Més m’estimo fugir
avui que sóc bonica
que no em vegi envellir
tothom de mica en mica,
tothom de mica en mica.

No em digueu que als meus germans
vulgui fer més companyia,
que per ells he fet abans
tot allò que jo podia.

Si fos molt, si no és res,
tot queda ja a l’esquena;
jo no espero ja res
i marxo ben serena,
i marxo ben serena.

Demà em faig a la mar,
la mort a l’equipatge;
demà em faig a la mar,
i deixo aquesta platja,
i deixo aquesta platja.

Doncs morir per morir,
que sigui jove encara,
i marxar per marxar,
per què no fer-ho ara?


[Adaptació de Josep M. Espinàs. Cantada per Guillermina Motta, Concèntric, 1965]
Podeu sentir aquesta cançó, i moltes altres, al bloc “Cançons en català i més”:


Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada

El vostre comentari és pendent de moderació. Cal signar-lo amb nom i cognoms. Gràcies.